La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement fermé , il ouvrira ses portes à 09h30 02 33 05 60 45
logo Biocoop
Biocoop Agneaux

#Légumes : Benoît Vacandard - Les Maraîchers de Marchu

#Légumes : Benoît Vacandard - Les Maraîchers de Marchu

50289

Marchésieux

Benoît est maraîcher et fournit le magasin en légumes de saison. Nous sommes allés le rencontrer sur sa ferme située entre Saint-Lô et Périers, à Marchésieux.


Radis
Salade

S'installer en bio : une évidence

Benoît s’est installé après avoir travaillé pendant 13 années en tant que saisonnier dans différentes exploitations agricoles. « Je voulais offrir un lieu de vie sain à mes enfants, le bio était une évidence ». Il se forme à Coutances en 2015 et obtient son brevet de responsable d’exploitation agricole, option maraîchage. Dans le même temps, il se met en quête de terres mais cela s’avère compliqué : soit les champs étaient en pente ou entourés de maïs…Il trouve finalement la perle rare à Marchésieux. Ses 2 hectares de terres sont attenants à ceux de Manu, éleveur laitier bio. « Nous fonctionnons sur le principe de l’entraide paysanne. Lors des vêlages difficiles ou des corvées de foin je vais l’aider. Et inversement lors des plantations ».


Epinards

Travailler au sein d'un collectif

Un système qui semble bien fonctionner puisque Romain a rejoint la ferme collective en tant que paysan-boulanger. Bientôt Marie-Eve va s’installer pour faire de la transformation légumière et David a un projet de verger extensif avec une activité de poules pondeuses. Le collectif a défini une charte autour de 4 grands principes : la mutualisation du matériel agricole, la réflexion sur l’assolement et les rotations de culture, la gestion des haies en collectif, et la valorisation des déchets des uns par les autres.


Une bio diversifiée de saison

Benoît produit une quarantaine de légumes avec plus de 250 variétés : « je fais de la bio diversifiée de saison ».  Les plants sont produits à 95% sur la ferme, et ça, tous les maraîchers ne le font pas. La plupart se fournissent chez les pépiniéristes. Mais avec beaucoup de conviction, Benoît réussit à faire pousser ses plants…sans électricité !  Les plants doivent être placés à proximité d’une source de chaleur : « je n’ai pas d’électricité mais du fumier à profusion grâce à la ferme laitière…alors j’ai utilisé cette ressource ». La fermentation du fumier dégage ainsi la chaleur nécessaire pour la bonne croissance des plants : « ça me tient vraiment à cœur ».

Préparer la terre pour les plants

Cultiver en biodynamie

Pour planifier sa production, Benoît cultive selon les principes de la biodynamie. La lune et les constellations donnent les dates de semis, de plantation et de récolte pour chaque type de légume. En suivant ce calendrier, ils vont mieux se développer et être moins sensibles aux maladies : « Je n’ai pas de point comparaison car je n’ai jamais fait autrement mais mes oignons, par exemple, sont nickels ». Un autre grand principe de la biodynamie est la réalisation de ses propres préparations. En bio, l’utilisation du cuivre et du souffre est autorisée. « Mais moi je n’utilise rien que des plantes pour soigner mes plantes ». Ben prépare des purins de prêle, d’ortie ou de consoude. « C’est l’homéopathie de la plante, en quelque sorte ». Grâce à cela, Ben souhaite faire certifier sa production par le label « Demeter » dont le cahier des charges est plus strict que le cahier des charges bio européen.


En plus d’ouvrir sa ferme pour des visites ou des projets avec les écoles, Ben fourmille de projets pour les prochaines années. Fort de son succès, il aimerait augmenter un peu la surface de culture car il manque de poireaux, choux et pommes de terre. Ben souhaiter aussi s’associer…A bon entendeur…



Retour